5651255034.8dd5717.ec722a2c0f5d4138afa6f39d55509f70
Carnets de voyage autours du globe

Escale à Iguazu

Après 1 journée de route, une nuit blanche, 30 minutes pour trouver une auberge de libre, 25 minutes d’attente pour monter dans la navette menant au parc naturel, 20 minutes de trajet, 5 minutes de marche, 10 minutes de train version Disneyland, 15 minutes de ponts à traverser (ça vous paraît long à vous aussi ? Tant mieux car nous y voilà). Enfin.

Le bruit des cascades s’amplifient. De plus en plus. La curiosité et l’impatience sont à leur maximum. On y est presque !!! Pour fêter ça : petit roulement de tambour (dans ma tête) (mon compagnon de route, un Allemand, également trentenaire, rencontré dans l’hostel de Buenos Aires, ne l’entend pas. Ou alors, il ne m’a rien dit).
Plus que quelques pas.
Je sors ma Gopro pour immortaliser l’arrivée sur le plus beau point de vue d’Iguazu, « la Garganta del Diablo » (la gorge du diable). Et là… l’appareil, alternative parfaite à mon téléphone, qui lui, n’est pas imperméable, me lâche lâchement. Plus de batterie.
Il ne peut pas me faire ça. Ce n’est pas son jour de repos. Il n’y a pas de jour de repos d’ailleurs. Le secouer comme si ça allait changer quelque chose. Vérifier qu’il est bien sans vie. Une fois. Deux fois, 10 fois.
Rien à faire (à part faire comme si on se fichait des photos et vidéos pour ne pas laisser la technologie gâcher ce moment 100% naturel). Oui, il est possible de s’auto-convaincre pour de faux. Ça peut être utile.
Donc, on recommence. Plus que quelques pas. Je sors mon téléphone portable (un beau Samsung S7 qui n’aime pas prendre de douche mais qui n’a pas le choix). Et là… les mots me manquent pour retranscrire la puissance de ces impressionnantes chutes d’eau de 80m de hauteur qui s’évaporent en un nuage brumeux (et un arc-en-ciel) empêchant de voir le fond. Comme je n’ai pas les mots (mais que j’ai mon téléphone et une Gopro inutile), voici quand même quelques photos. Les chutes d’eau y apparaissent un peu trop statiques et silencieuses à mon goût, mais si vous les regardez face à votre écran les yeux dans les yeux pendant 2 minutes montre en main, sans bouger (c’est important, sinon, ça ne marche pas), normalement, vous finirez par voir la vitesse du courant et par entendre le bruit magique des cascades. Allez, un peu de patience, après tout ce trajet pour assister à ce spectacle, ce serait dommage de ne pas attendre 2 minutes 😉

Commentaires (4):

  1. Rodríguez

    25 novembre 2017 at 6 h 59 min

    C’est magique! La nature ! Et tout ce que tu es en train de découvrir 👍

    Répondre
    • admin5565

      30 novembre 2017 at 2 h 15 min

      😘😘😘

      Répondre
  2. So7

    29 novembre 2017 at 19 h 52 min

    Dans mon train de banlieue retour de Douai, c est juste un pur moment de bonheur de voir tes photos! Elles sont..Wundershön (pour ton copain allemand 😉)

    Répondre
    • admin5565

      30 novembre 2017 at 2 h 13 min

      Danke schön So7 !! 🙂 Pourtant, Douai, c’est sympa aussi 😉

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *